Savez-vous vraiment respirer ?

Principes basés sur : 
Médecine traditionnelle chinoise et Qi Gong

Expert :
Raphaël Sierra (Voir son interview)

À quoi sert la respiration, finalement ? Pas uniquement à la survie :  la respiration rythme votre vie au quotidien.
Si vous êtes au repos ou en plein effort pendant votre footing, ou bien en train de travailler sur votre ordinateur, votre respiration s’adapte.
Les émotions influent sur le système respiratoire également. Ainsi, une personne triste ne respirera pas de la même manière qu’une personne en colère ou heureuse.
La respiration vous aide à vous calmer lorsque vous êtes en colère. Elle vous aide à évacuer le surplus de chaleur généré par votre corps durant votre footing. Elle sert à réguler la circulation de l’énergie, du sang et des liquides dans votre corps.

Toutes les manifestations liées à votre souffle sont intéressantes à observer : essoufflement, respiration bruyante, sifflante, courte, difficulté à prendre de grandes inspirations ou expirations… Y avez-vous déjà fait attention ?

Parlons poumons !

Le but n’est pas de faire un cours d’anatomie, de bons bouquins existent pour ça !
Ce qu’il faut savoir, c’est que les échanges gazeux se font dans les poumons. Grâce aux mouvements respiratoires, les poumons peuvent accueillir l’oxygène et évacuer le CO2. Cette circulation permet de renouveler l’oxygène dans le sang via le système circulatoire et purifier ce sang vicié. Les poumons permettent donc de renouveler l’oxygène dans votre corps et d’en évacuer les déchets gazeux.

Les poumons ont besoin d’avoir de la place au niveau de la cage thoracique. Il faut alors faire en sorte que notre posture ne vienne pas “écraser” ou bloquer les poumons en limitant leurs mouvements. Quelles sont les postures qui limitent le mouvement respiratoire ?

  • La position assise derrière un  bureau (écriture, ordinateur, travail de précision…)
  • Garder le dos voûté, les épaules vers l’avant
  • La tristesse, l’anxiété, la honte, ces sentiments qui font que l’on se recroqueville sur soi-même…

Ces postures, à long terme, influent sur le système respiratoire en empêchant les poumons de respirer pleinement.

– Ne pas confondre –  Respirer et sentir

Respirer, ce n’est pas renifler le parfum d’une rose, activer son odorat. Bien que les deux passent par les narines, ce sont des actions différentes.

Lorsque vous senez un parfum, vous concentrez votre action sur le nez. Votre cerveau est focalisé sur ce sens et sur rien d’autre.

Lorsque vous respirez, vous activez l’ensemble de votre système respiratoire, depuis votre nez jusqu’à votre diaphragme, en passant par vos poumons, et les organes voisins. L’implication de votre corps est bien plus grande !

 

La peau, l’organe respiratoire oublié

Considéré comme le 3ème poumon en Médecine traditionnelle chinoise, la peau montre souvent l’état général des poumons. Observer votre peau et vous aurez une idée de comment ils vont : peau sèche, transpiration spontanée, rougeur, dermatose, eczéma… Elle aussi a besoin de respirer !
Des vêtements trop serrés, l’application de crèmes fréquente (pas toujours nécessaire sauf raison médicale), des produits cosmétiques de mauvaise qualité, un mauvais entretien de votre peau, sont autant de choses qui, à long terme, l’empêchent de respirer et d’éliminer les toxines qui resteront prisonnières à l’intérieur de votre corps.

Savez-vous ce qu’est le diaphragme ?

Tel un dôme surplombant les organes digestifs, le diaphragme est un muscle qui permet la respiration passive. Lorsqu’il se  contracte, il s’abaisse en comprimant l’abdomen et en laissant de la place dans le thorax. Les poumons vont suivre ce mouvement, provoquant un appel d’air : l’inspiration. Lorsqu’il se relâche, le diaphragme va reprendre sa forme initiale ce qui va comprimer la cage thoracique et expulser l’air hors des poumons : l’expiration.

Le diaphragme a ce double rôle de provoquer le mouvement respiratoire, mais aussi de masser l’abdomen et les organes situés en dessous. Le foie, la rate, l’estomac ainsi que l’oesophage qui le traverse vont être massé ainsi de manière naturelle. La respiration joue un rôle majeur sur le système digestif grâce à cet  automassage. Cela va empêcher toute stagnation d’énergie et favoriser une meilleure digestion.

Les différentes respirations (quelques unes…)

La régulation naturelle
Affectée par les émotions et l’âge de la personne, la respiration évolue, change.
Nous respirons plus rapidement lorsqu’on est tendu et excité, et plus lentement lorsqu’on est triste et déprimé.

La durée de l’inspiration et de l’expiration varie en fonction de l’humeur. Lorsque vous êtes heureux, votre expiration est plus longue alors que quand vous êtes triste c’est votre inspiration.

Avec l’âge, on ne respire pas de la même manière : l’enfant respire avec le ventre, l’adulte avec l’estomac et la personne âgée avec la poitrine, de manière générale. Ainsi nous régulons naturellement notre respiration en fonction de notre rythme de vie.

La respiration bouddhiste ou respiration abdominale normale
Cette respiration doit être lente et profonde et différente de la façon dont on respire avec la poitrine. Il faut être détendu et concentré afin de travailler avec les muscles du diaphragme et de l’abdomen.

On l’appelle aussi la respiration du retour à l’enfance, car elle est profonde et naturelle comme celle d’un enfant. 

L’inspiration se fait en gonflant volontairement le ventre, en ayant l’impression d’aspirer de l’air jusqu’aux profondeurs de l’abdomen inférieur. L’expiration se fait en rentrant le ventre.
Il ne faut surtout pas retenir sa respiration. Elle doit être douce, naturelle et confortable. Il faut également bien penser à effectuer les respirations avec l’abdomen inférieur afin d’éviter que la poitrine se contracte ou se dilate.

La respiration taoïste ou respiration abdominale inversée
Cette fois, nous allons inspirer en rentrant le ventre et le gonfler lorsque nous allons expirer.

Cette respiration est utilisée pour accumuler de l’énergie à l’intérieur du corps à l’inspiration. À l’expiration il sera plus facile de conduire l’énergie vers les extrémités.

Par exemple lorsque vous gonflez un ballon, que vous soulevez ou poussez un objet lourd, on peut observer cette contraction puis gonflement du ventre en posant la main sur son ventre. 

Exercices pratiques

1- Retrouvez et régulez votre respiration naturelle
Choisir une posture qui vous convient dans laquelle vous êtes confortable et naturel.
Prêter attention à votre respiration sans la maîtriser ou la contrôler.
Respirez calmement et doucement. Le but est de retrouver une respiration calme, fine, profonde, continue et égale.

Calme et silencieuse : si votre esprit est calme, vous serez capable d’apprécier correctement ce qu’il se passe et de réguler votre respiration de manière plus efficace. La respiration de ce fait sera silencieuse.
Fine : Pensez à un filet d’eau qui doit être doux, naturel et fin
Profonde : Pensez à abaisser le diaphragme et non gonfler la poitrine sur l’inspiration, et laissez-le remonter et se relâcher à l’expiration. Pensez à ne respirer qu’au ¾ de votre capacité pulmonaire afin que les poumons restent détendus.
Continue : Veillez à ne pas retenir votre respiration et ne pas marquer de temps d’arrêt entre l’inspiration et l’expiration.
Égale : Afin qu’elle reste uniforme, il faut veiller à calmer son esprit pour que l’inspiration soit égale à l’expiration.

Entraînez vous tous les jours, dès que vous avez un moment dans la journée pendant 1 mois… puis passez à l’exercice 2

2- Respiration abdominale normale
À l’inspiration, pensez à descendre votre diaphragme (comme dans l’exercice précédent) et gonflez également votre abdomen. Ayez la sensation d’aspirer de l’air jusqu’à la partie la plus basse de l’abdomen.
À l’expiration, rentrez le ventre
Pensez à garder votre respiration douce, naturelle et continue.
Pensez également à travailler avec le diaphragme et l’abdomen pour faire un appel d’air qui sera aspiré par le nez.

Entraînez vous 10 minutes 3 fois par jour pendant 1 mois… puis passez à l’exercice 3

3- La respiration abdominale inversée
Cette respiration ne se pratique en général que dans des cas précis d’entraînements aux Arts Martiaux ou de Qi Gong.
Essayez d’utiliser cette respiration pour soulever une charge lourde, pousser votre voiture, gonfler un ballon etc.

Inspirez et rentrez le ventre puis à l’expiration, gonflez et contractez l’abdomen pendant l’effort.

Cette technique vous permet de conduire l’énergie vers les extrémités et donc de concentrer la force dans ces zones là : ramener le souffle jusqu’à la bouche pour gonfler le ballon, ramener l’énergie jusqu’aux bras pour pousser ou soulever quelque chose.

Genki Daily